Les questions que vous pouvez vous posez

A propos de ce que l'on mange ...

1Concrètement on mange quoi ?
Vous l'avez compris, le but c'est de chouchouter son microbiote. Alors concrètement, comment on fait ?

  • On augmente de la diversité des apports en micronutriments : vitamines, minéraux, oligo-éléments... Plus on abrite de bactéries variées, mieux on se porte !

  • On nourrit les bonnes bactéries avec des prébiotiques et privilégie les aliments "vivants" qui comportent des probiotiques.

  • On met notre microbiote au repos en évitant les aliments qui peuvent l'irriter tels que le sucre, le gluten ou les gras "trans".


2Je ne veux pas me priver
J’en vois certains faire la grimace « On ne peut rien manger !» « On ne peut pas se faire plaisir ! »

Je vous rassure ! Il y a un tas de bons plats que vous pouvez continuer à manger : un bon plateau de fruits de mer, un poulet basquaise ou chich taouk, du poisson au lait de coco ou tout simplement en été un barbecue …
Et puis plein d'aliments "gourmands" sont présents dans la Roadmap Happybiote : chocolat, fromage de chèvre et de brebis, fruits ... en quantité raisonnable évidemment.
Un tas de recettes faciles et délicieuses 😋 vous attendent ...

Autre point essentiel à comprendre : vous n'êtes pas privés à vie ! Il faut voir les 3 semaines de programme comme une (courte) pause.
Ensuite, vous pourrez progressivement ré-introduire les différents aliments. Entre nous, c'est quoi 3 semaines dans une vie ?

Et finalement, on n'a l'impression de se priver ! Découvrez les témoignages de Happybioteurs en vidéo 😉

Les contraintes que vous pouvez avoir

1J'ai une vie sociale très animée : soirées, apéros, restos ...
Avant toute chose, il faut savoir que 90% des Happybioteurs ont un emploi du temps très chargé et ont de fortes contraintes. Et, vous savez quoi ? Ils y sont tous arrivés.

Vous n’êtes pas condamnés à rester enfermés à la maison ! Au contraire ! 🎉🎉🎉 C'est bien pour cela j'ai appelé le programme HAPPYbiote

Par contre, une des règles d’or : prévenez vos amis, votre entourage de votre démarche et en quoi ça consiste ! Ils voudront sûrement vous faire plaisir.

Expliquez-leur pourquoi vous le faites. Sans rentrer dans les détails mais insistez sur le fait que c’est important pour vous , que ce n’est pas juste une lubie, que ce n’est pas un simple régime pour éviter les « Ah un régime, mais t’en as pas besoin et puis ça marche jamais… ! »

Quant aux restos, à moins d’aller dans une pizzéria pendant les 3 semaines, vous pourrez au moins avoir viande, poisson, légumes, salades… De plus en plus les restaurateurs s'adaptent. N'hésitez pas à prendre la main dans le choix de restos, de réserver, de prévenir.

PS : nous avons listé un tas de restaurants Happybiote friendly ! Ce sera l'occasion de tester de nouvelles adresses 😉
2J'ai une vie professionnelle et/ou familiale très intense. Je n'ai pas le temps de cuisiner.
Avant toute chose, il faut savoir que 90% des Happybioteurs ont un emploi du temps très chargé et ont de fortes contraintes. Et, vous savez quoi ? Ils y sont tous arrivés.

J'ai moi-même 2 ados à la maison et je ne suis pas une grande cuisinière ! Par contre la magie des aliments me passionne et j’aime manger des aliments qui font du bien. Les recettes que vous recevrez ne demandent pas trop de préparation (15 à 20 mn) 👌, d’autres, un peu plus longues peuvent être réalisées le week-end. 👍

De plus, la règle étant : on ne cuisine pas tous les jours, vous allez apprendre à cuisinier pour 2 ou 3 repas, cuire plusieurs légumes ou céréales en plus grande quantité pour piocher dedans et composer vos repas ensuite.

Entre nous, le plus dur c'est la première semaine, ensuite vous allez vous approprier l'organisation et les recettes.

3Je suis en déplacement pendant le programme. Est-ce possible de gérer ?
De nombreux Happybioteurs ont réussi à gérer leur déplacements avec brio 👍

Encore une fois, essayez d'anticiper au maximum. Appelez votre hôtel, demandez-leur d'adapter le petit déjeuner. Si ce n'est pas possible apportez-le vous même.

Quant aux restos, à moins d’aller dans une pizzéria pendant les 3 semaines, vous pourrez au moins avoir viande, poisson, légumes, salades… De plus en plus les restaurateurs s'adaptent. N'hésitez pas à prendre la main dans le choix de restos, de réserver, de prévenir.
Consultez la liste des restaurants Happybiote. Demandez à votre groupe s'ils sont des adresses à vous conseiller.

Si vous partez à l'étranger, sachez que dans certains pays vous pouvez même vous débrouiller plus facilement qu'en France : Japon, UK, Grèce...

4J'habite à l'étranger. Est-ce possible de suivre le programme ?
Le programme se déroule en ligne, il est donc tout à fait possible de le suivre d'où vous voulez.

D'ailleurs, la communauté Happybiote s'étend au-delà des frontières.
Voici la liste des pays, régions où notre programme a été testé :
  • En Europe: Belgique, Allemagne, Suisse, UK, Irlande
  • Plus loin: Taiti, Canada, Etats-Unis, Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Japon

5Comment choisir le bon moment ?
J'entends souvent dire "j'aimerais bien faire Happybiote mais ... [remplacez par l'excuse de votre choix] ... donc ce n'est pas le bon moment."

Voici ma réponse : il n'y a jamais de bon moment. Il y a toujours une bonne raison pour ne pas prendre soin de soi : en septembre c'est la rentrée, puis c'est l'anniversaire d'untel, ensuite c'est Noël ... puis Pâques ... Et on ne s'en sort jamais.

Le bon moment c'est quand vous avez décidé de vous prendre en main. Ne laissez pas quelque chose d'autre de décider pour vous. C'est vous qui tenez la fourchette !

A propos des résultats

1Que faut-il attendre du programme ?
Happybiote n’étant pas un régime ou une méthode miracle, il est fondamental que vous compreniez le sens de la démarche : rétablir l’équilibre de la flore intestinale et changer durablement votre alimentation.

C’est un programme de coaching basé sur l’alimentation et le bon sens, que nous avons parfois un peu perdu.

Il s’agit simplement d’apprendre ou de réapprendre à manger les aliments qui font du bien à notre organisme et vous serez probablement surpris par certains d’entre eux !

Il existe un certain nombre de raisons et de motivations pour se lancer qui n’appartiennent qu’à vous.

Bien sûr on ne va pas se mentir il y a souvent la perte de poids. Mais je vous conseille de ne pas le faire uniquement pour cela, ça sera d’autant plus efficace et durable !

Pour certaines personnes, la motivation peut-être de prendre soin de soi, de reprendre le contrôle sur son assiette, de changer son alimentation, se désintoxiquer du sucre…

Pour d’autres, ça va être de retrouver de l’énergie, d’éliminer des troubles digestifs et intestinaux, d’améliorer des problèmes de peau, des allergies, des inflammations (sinusites…)

Aucun résultat n’est garanti. Il est prouvé que le microbiote agit sur de nombreuses fonctions du corps humain mais chaque organisme réagit différemment et vos habitudes ne sont pas identiques. Les résultats peuvent être plus ou moins longs selon les personnes et plus ou moins perceptibles.

Dans tous les cas, ça vaut le coup d'essayer !
2J'espère tenir le coup, je ne sais pas si je vais y arriver ...
Avant toute chose, il faut savoir que 90% des Happybioteurs ont un emploi du temps très chargé et ont de fortes contraintes. Et vous savez quoi ? Ils y sont tous arrivés.

Le soutien du groupe est très fort. L’ambiance y est toujours très solidaire et bienveillante. Cela vous aide à rester motivé(e) et à avancer. Un grand nombre de Happybioteurs nous disent que l’esprit « groupe » fait la différence 😉

Si vous ressentez le besoin d'être rassuré(e) et suivi(e), vous avez la possibilité de prendre l'option Suivi Individuel - qui a fait ses preuves.

3Comment savoir si ma flore intestinale va mieux ?
Bonne question et difficile d’y répondre, à moins de faire des analyses en laboratoire… !

Si des résultats visibles peuvent venir rapidement (perte de poids, amélioration de la peau, énergie…) les résultats « intérieurs » non visibles ne sont pas perceptibles ! C’est un travail dans le temps qui doit se faire. Soyez persévérant !
4Je ne veux pas perdre de poids !
J’ai déjà suivi des personnes qui ne souhaitaient pas perdre de poids. Elles souhaitaient améliorer des problèmes digestifs, articulaires… Il se peut que vous perdiez un peu au début (suppression des sucres, céréales …) mais comme vous n’êtes pas limités sur les quantités ni les calories vous pouvez manger à votre faim. Encore une fois, c’est un changement alimentaire et non un régime !

Pour compenser la baisse de glucides vous devez privilégier les bons gras végétaux : avocat, bonnes huiles, oléagineux, et les bons gras animaux : sardines à l’huile, maquereau à l’huile, harengs, saumon, foie de morue…

Prochain départ
le 10 septembre

Prenez vous en mains à la rentrée !!

INSCRIPTION